Facebook  

Back to top

Recherche avancée

Arts plastiques , Expositions

Suki Seokyeong Kang

2018 Baloise Art Prize. Mudam Collection

Date(s)

-
Heures d'ouverture
Lundi: 10:00-18:00
Mercredi: 10:00-21:00
Jeudi - Dimanche: 10:00-18:00
Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean accueille la lauréate du Prix Baloise 2018, auquel le Mudam est associé depuis 2015, Suki Seokyeong Kang (née en 1977 à Séoul) qui investit le Jardin des sculptures avec une présentation pensée spécifiquement pour l’espace et dont le coeur se compose de deux donations pour la collection du musée.
Suki Seokyeong Kang, "Rove and Round - face, mat, belly #18-01", 2016–2018. Collection Mudam Luxembourg | Donation 2018 – Baloise Group
© Photo : Suki Seokyeong Kang
La pratique artistique de Suki Seokyeong Kang associe étroitement peinture, sculpture, installation, vidéo et chorégraphie. Jouant de ces divers médiums, elle compose dans l’espace des installations évolutives dans lesquelles le corps, tant par son positionnement que son déplacement, joue un rôle primordial. Si les oeuvres de Suki Seokyeong Kang sont chacune conceptuellement autonomes, l’artiste les dispose dans l’espace de façon minutieuse, privilégiant une harmonie générale susceptible d’être mise en mouvement par l’activation ponctuelle d’une personne Elle intègre par ailleurs dans son processus de création des savoir-faire issus de la culture traditionnelle coréenne qu’il s’agisse du tissage des tapis de danse appelés Hwamunseok ou encore du Jeongganbo, un ancien système de notation musicale coréen organisé sous forme de grille. À partir d’un vocabulaire sculptural de nature graphique – lignes, surfaces, couleurs, textures –, elle tisse ainsi des correspondances entre divers registres du sensible : visuel, musical et chorégraphique.
Cette présentation, pensée spécifiquement pour le Jardin des sculptures, s’articule autour de deux sculptures, Grandmother Tower – tow #18-01 et Rove and Round – face, mate, belly, #18-01, exposées avec des travaux complémentaires. La première, qui représente un portrait abstrait de sa grand-mère, dont elle suggère la stature courbée et la démarche hésitante, est ainsi significative de la manière dont l’artiste puise dans son histoire personnelle pour nourrir son travail. Inscrite dans l’histoire familiale, la figure de sa grand-mère évoque également pour l’artiste les profondes mutations, durant ces dernières décennies, de la société sud-coréenne.
Suki Seokyeong Kang est lauréate du Prix Bâloise en 2018. Créé il y a 20 ans, ce prix est chaque année décerné à deux jeunes artistes de la section Statements durant la foire de Bâle. Kang est la quatrième artiste à rejoindre ainsi la collection du Mudam grâce au soutien du groupe Bâloise depuis que le musée est devenu partenaire du prix en 2015.
Biographie
Suki Seokyeong Kang (née en 1977 à Séoul) a étudié la peinture orientale à l’Ewha Womans University de Seoul ainsi que la peinture au Royal College of Art à Londres. Elle enseigne la peinture coréenne à l’Ewha Womans University. Son travail a été présenté à l’occasion d’expositions monographiques à l’ICA Philadelphie (2018), Audio Visual Pavilion, Séoul (2015) et Old House, Séoul (2013). Kang a également participé à plusieurs expositions de groupe notamment au MAK Center for Art and Architecture, Los Angeles (2018), National Museum of Modern and Contemporary Art, Gwacheon (2016) et la Villa Vassilieff, Paris (2016). Elle a participé à la 58e Biennale de Venise en 2019 et à la Gwangju Biennale en 2016. Son travail est représenté dans plusieurs collections dont le National Museum of Modern and Contemporary Art, Corée, Séoul et le Seoul Museum of Art, Corée, National Art Bank, Séoul. Elle est laurétae du prix Art Basel Prize en 2018, le 13e Songeun Art Award en 2013 et le Bloomberg New Contemporaries en 2012. Elle vit et travaille Séoul.
Le prix Baloise est chaque année décerné à deux artistes présentés dans la section Statements de la foire Art Basel. Créé il y a 20 ans, le prix récompense de jeunes artistes et finance la donation d’un ou de plusieurs de leurs travaux aux deux musées partenaires. Depuis 2015, le Mudam est l’un d’entre eux et Marie-Noëlle Farcy, curatrice de la Collection Mudam, siège dans le jury. Grâce à ce soutien, les oeuvres de Beatrice Gibson, Mary Reid Kelley, Martha Atienza et Suki Seokyeong Kang ont rejoint la collection.

Média

Lieu

Mudam Luxembourg – Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean
3 Park Dräi Eechelen
1499 LUXEMBOURG
Luxembourg

Information de contact pour cet événement

Téléphone:
E-mail:
Internet:

Organisateur

Mudam Luxembourg

Partager

Ajouter au calendrier

Suki Seokyeong Kang

-
Ajouter au calendrier 2019-08-31 00:00:00 2020-04-01 00:00:00 Suki Seokyeong Kang Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean accueille la lauréate du Prix Baloise 2018, auquel le Mudam est associé depuis 2015, Suki Seokyeong Kang (née en 1977 à Séoul) qui investit le Jardin des sculptures avec une présentation pensée spécifiquement pour l’espace et dont le coeur se compose de deux donations pour la collection du musée. Suki Seokyeong Kang, "Rove and Round - face, mat, belly #18-01", 2016–2018. Collection Mudam Luxembourg | Donation 2018 – Baloise Group © Photo : Suki Seokyeong Kang La pratique artistique de Suki Seokyeong Kang associe étroitement peinture, sculpture, installation, vidéo et chorégraphie. Jouant de ces divers médiums, elle compose dans l’espace des installations évolutives dans lesquelles le corps, tant par son positionnement que son déplacement, joue un rôle primordial. Si les oeuvres de Suki Seokyeong Kang sont chacune conceptuellement autonomes, l’artiste les dispose dans l’espace de façon minutieuse, privilégiant une harmonie générale susceptible d’être mise en mouvement par l’activation ponctuelle d’une personne Elle intègre par ailleurs dans son processus de création des savoir-faire issus de la culture traditionnelle coréenne qu’il s’agisse du tissage des tapis de danse appelés Hwamunseok ou encore du Jeongganbo, un ancien système de notation musicale coréen organisé sous forme de grille. À partir d’un vocabulaire sculptural de nature graphique – lignes, surfaces, couleurs, textures –, elle tisse ainsi des correspondances entre divers registres du sensible : visuel, musical et chorégraphique. Cette présentation, pensée spécifiquement pour le Jardin des sculptures, s’articule autour de deux sculptures, Grandmother Tower – tow #18-01 et Rove and Round – face, mate, belly, #18-01, exposées avec des travaux complémentaires. La première, qui représente un portrait abstrait de sa grand-mère, dont elle suggère la stature courbée et la démarche hésitante, est ainsi significative de la manière dont l’artiste puise dans son histoire personnelle pour nourrir son travail. Inscrite dans l’histoire familiale, la figure de sa grand-mère évoque également pour l’artiste les profondes mutations, durant ces dernières décennies, de la société sud-coréenne. Suki Seokyeong Kang est lauréate du Prix Bâloise en 2018. Créé il y a 20 ans, ce prix est chaque année décerné à deux jeunes artistes de la section Statements durant la foire de Bâle. Kang est la quatrième artiste à rejoindre ainsi la collection du Mudam grâce au soutien du groupe Bâloise depuis que le musée est devenu partenaire du prix en 2015.Biographie Suki Seokyeong Kang (née en 1977 à Séoul) a étudié la peinture orientale à l’Ewha Womans University de Seoul ainsi que la peinture au Royal College of Art à Londres. Elle enseigne la peinture coréenne à l’Ewha Womans University. Son travail a été présenté à l’occasion d’expositions monographiques à l’ICA Philadelphie (2018), Audio Visual Pavilion, Séoul (2015) et Old House, Séoul (2013). Kang a également participé à plusieurs expositions de groupe notamment au MAK Center for Art and Architecture, Los Angeles (2018), National Museum of Modern and Contemporary Art, Gwacheon (2016) et la Villa Vassilieff, Paris (2016). Elle a participé à la 58e Biennale de Venise en 2019 et à la Gwangju Biennale en 2016. Son travail est représenté dans plusieurs collections dont le National Museum of Modern and Contemporary Art, Corée, Séoul et le Seoul Museum of Art, Corée, National Art Bank, Séoul. Elle est laurétae du prix Art Basel Prize en 2018, le 13e Songeun Art Award en 2013 et le Bloomberg New Contemporaries en 2012. Elle vit et travaille Séoul.Le prix Baloise est chaque année décerné à deux artistes présentés dans la section Statements de la foire Art Basel. Créé il y a 20 ans, le prix récompense de jeunes artistes et finance la donation d’un ou de plusieurs de leurs travaux aux deux musées partenaires. Depuis 2015, le Mudam est l’un d’entre eux et Marie-Noëlle Farcy, curatrice de la Collection Mudam, siège dans le jury. Grâce à ce soutien, les oeuvres de Beatrice Gibson, Mary Reid Kelley, Martha Atienza et Suki Seokyeong Kang ont rejoint la collection. Mudam Luxembourg – Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean Mudam Luxembourg Mudam Luxembourg UTC public
Organisation

Mots clés

Mudam Luxembourg – Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean, Mudam Luxembourg, Kulturpass

Vous pourriez aimer également...

Arts plastiques
-
Centre National de l'Audiovisuel (CNA)
DUDELANGE
Arts plastiques, - Autres -
-
Banque Degroof Petercam
LUXEMBOURG
Arts plastiques, Nature, sport et loisirs
-
Tuchfabrik
ESCH-SUR-SURE